Revue de Presse

/ Revue de Presse / Trafic fluidifie sa logistique
L’enseigne belge de distribution discount de produits non alimentaires, Trafic, est en train d’implémenter un nouveau WMS, édité par Acteos, sur ses deux plates-formes, pour faire face à de forts objectifs de croissance, dont la logistique sera la clé de la réussite.

Poursuivre la centralisation de sa logistique, augmenter le nombre de références présentées dans les magasins sans pour autant faire exploser la surface de stock, que cela soit dans les points de vente ou dans les entrepôts, augmenter le nombre de livraisons auprès de ses 76 magasins (dont 6 en France), et le tout dans le cadre d’un <<Chantier à isocoût>>… Trafic, l’enseigne de distribution discount de produits non alimentaires, créée en Belgique il y a 30 ans par le groupe Sogesma, s’est fixé une ligne de conduite ambitieuse pour les prochaines années. <<Nous poursuivons une démarche démarrée il y a plusieurs années, explique Stéphane Plumer, directeur supply chain du groupe belge. Avant, les magasines s’adressaient directement aux fournisseurs pour leur réassort, posant des problémes d’optimisation. Dans le discount, les quantités livrées pour une même référence, allant de la chaussette au micro-ondes, du matériel scolaire aux jouets; ou encore du jardinage à la décoration de Noël, sont souvent importantes, imposant au magasin de limiter le nombre de références présentées à la clientèle>>

Augmentation des références

À la fin des années 1990, l’enseigne décide donc d’ouvrir deux plates-formes logistiques en Wallonie; l’une de 22.000 m², à Florennes, destinée a l’assortiment permanent et au textile, et l’autre de 14.500 m², à Trazegnies, pour tout ce qui concerne les campagnes de promotion et la vente sur Internet. Le premier contact avev l’éditeur Acteos a eu lieu en 1998 pour équiper ces deux entrepôts d’un WMS, afin d’assurer une centralisation des commandes, et redistribuer selon les besoins des magasins. Les points de vente continuent pourtant de faire appel à une livraison directe pour certains produits et Trafic entend poursuivre son développement et ouvrir de nouveaux magasins dans les prochains mois. Il lui faillait donc revoir son organinsation et intensifer les flux traités en entrepôts. << Le nombre de références que nous traitons sur le site de Florennes était de 4.500 en 2006, constante Stéphane Plumer. Il est aujourd’hui de 11.000 et sera bientôt de l’ordre de 13.000. Nous voulons en effet continuer à élargir l’offre disponible dans les magasins de 30%, en diminuant les stocks. Cela veut dire que nous devrons aussi augementer la fréquence de nos livraisons, passant aujourd’hui de 2 fois par semaine à 3, voire 4, lorsque nous aurons fini de mettre en place nos nouveaux process.>> Pour aider le groupe dans sa stratégie de développement, Acteos lui propose en 2013 de mettre en place une organisation en <<picking flottant>>, nouvelle fonctionnalité de son WMS; dans son entrepôt de Florennes.

Suivi de l’allocation des ressources

Opérationnel en avril 2014, il s’agira non plus d’allouer une place de picking fixe à une référence de marchandise mais de s’adapter aux saisonnalités des produits. Chaque jour, le WMS déterminera, d’après les régles d’atribution traduites dans son algorithme, les emplacements optimaux selon les caractéristique de chaque référence. De plus, le logiciel permet un  suivi de l’allocation des recources et simule les actions correctrices éventuelles afin de piloter au mieux l’activité. Ceci garantit de répartir les opérateurs selon les caractéristiques des commandes de la journée. << Une fois la mise en place du nouveau WMS achevée, le nombre de piéces ponctionnées pour la préparation des commandes passera de 20.000 à 70.000>>, assure le directeur supply chain. Pour Stéphane Plumer, cette nouvelle organisation va permettre au groupe de gagner en reactivité, tout en contrôlant les coûts. Le WMS va également permettre d’améliorer la logistique en magasin : au moment de la préparation des commandes, qui se fait grâce à une technologie vocale depuis plusieurs années, le logiciel rythme le travail de l’opérateur et regroupe les marchandises, qui peuvent être placées ensemble dans le box ou sur la palette, afin de faciliter la mise en rayon. << Deux produits, présentés côte à côte dans le magasin pourront être placés ensemble lors de la préparation, explique le directeur supply chain. À l’inverse, des marchandises éloignées physiquement dans le magasin seront séparées afin d’éviter de trop longs trajets avec le même box>>.

S’adapter à la multiplication des flux

L’objectif n’est donc pas seulement d’améliorer la logistique dans l’entrepôt mais sur l’ensemble de la chaîne, jusqu’à la mise en rayon sur le point de vente. Pour parvenir à l’installation, qui deviendra effective dans le courant de l’année, de nombreaux ajustements et paramétrages par Acteos ont été nécessaires pour que la solution réponde pleinement aux attentes de Trafic. << Leur logiciel n’était pas configuré en standard pour la quantité de picking flotante que nous prévoyons et il n’aurait pas forcément été adapté à l’explosion future de nos flux.>> Aprés quelques mois d’échanges avec l’éditeur, la configuration optimale a néanmoins pu voir le jour. Une fois la nouvelle logistique du site de Florennes réglée et testée pendant plusieurs mois, Trafic compte appliquer, d’ici à 2015, les mêmes process sur son site de Trazegnies, décidé à la vente sur Internet et aux campagnes de promotion.

Auteur: Èloise Leydier

Suivez toute l'actualité Acteos

En vous inscrivant à notre newsletter